Editorial du 1er semestre 2021 - Individuel Aménagé - Observatoire Immobilier du Sud-Ouest
Revenir à l'ensemble des publications
Edito

Editorial du 1er semestre 2021 – Individuel Aménagé

Publié le 20 juillet 2021
Par Guillaume SEGUY
1er Vice-Président de l'OISO en charge du terrain à bâtir

Sur l’ensemble de la région Nouvelle Aquitaine, c’est un 1er semestre mitigé. Les mises en vente reculent de 13% par rapport au 1er semestre de l’année dernière, avec 629 nouveaux lots. En revanche, les ventes enregistrent une belle augmentation de 47% vs 1S2020 avec 1184 parcelles vendues. Plus de la moitié des ventes a été réalisée en Gironde et en Charente Maritime (représentant respectivement 35% et 32% des ventes du semestre en Nouvelle Aquitaine). Avec un marché sous-alimenté et un niveau de ventes dynamique, le stock est naturellement en baisse (-24% vs 1S2020) avec seulement 1429 lots disponibles à l’échelle de la Région. Cela représente environ 7 mois de stock théorique (contre 12 mois au 1S2020). Le marché aquitain entre ainsi en pénurie. Concernant les prix, on observe une hausse du prix moyen à la vente à 103 431€ (+8% vs 1S2020), pour une parcelle moyenne de 586m² (-3% vs 1S2020). Le prix unitaire moyen à l’offre augmente quant à lui de 3% à 101 457€ pour une taille moyenne de parcelle de 641m² (+4% vs 1S2020).

 

Plus précisément :

Sur le marché girondin : Les mises en vente chutent de 32% par rapport à l’année dernière, avec 176 nouveaux lots mis sur le marché ce semestre, alors que les ventes progressent de 86% avec 409 parcelles vendues. Le niveau de stock recule donc de 18% vs 1S2020 avec 367 lots disponibles. C’est environ 5 mois de stock théorique, signe d’un marché en grave pénurie. Dans ce contexte, le prix unitaire moyen à la vente augmente (+4% vs 1S2020) à 157 793€, pour une parcelle moyenne de 615m² (+5% vs 1S2020). Les prix à l’offre suivent la même tendance avec une moyenne de 168 299€ pour une parcelle beaucoup plus grande que l’année dernière (755m², soit +29% vs 1S20), ce qui semble indiquer que les parcelles à la vente tendent à s’éloigner des centralités.

 

Sur le marché landais : Les grands indicateurs suivent la même tendance que celle observée à l’échelle de la Région, avec une nette baisse des mises en vente (48 lots, soit -20% vs 1S2020), mais un nombre de ventes plus important que l’année dernière (211 lots, soit +66% vs 1S2020). Même conséquence avec une diminution du stock de 4% (258 lots disponibles), représentant environ 7 mois de stock théorique. Ici aussi, la pénurie s’installe, avec comme implication directe une hausse du prix moyen à la vente à 81 267€ (+11% vs 1S2020) pour une parcelle moyenne de 600m², plus petite que l’année dernière (-9%). Faute de pouvoir proposer des lots proches des centres d’activités, les prix à l’offre  reculent de 2% par rapport à l’année dernière à 74 231€, pour une parcelle moyenne de 611m² (-12%).

 

Sur le marché des Pyrénées Atlantiques : Les mises en vente sont un peu plus nombreuses ce semestre, avec 78 nouveaux lots contre 12 au 1S20. Les ventes sont toujours très dynamiques sur ce secteur géographique particulièrement attractif : 126 parcelles vendues, soit +77% vs 1S2020. L’offre progresse également avec 269 lots disponibles (+11% vs 1S2020). A relativiser cependant puisque le 1er semestre de l’année dernière était malheureusement marqué par une baisse générale d’activité due à la crise sanitaire. Le prix unitaire moyen augmente de 11% par rapport au 1S2020 à 84 746€ pour une superficie moyenne de 765€ (+9%). Contrairement au prix à l’offre qui lui tend à décroître à 75 292€ (-11%) pour une surface moyenne quasiment identique (766m², +1%).

 

Sur le marché de la Charente Maritime : Les mises en vente ont largement progressé (286 lots vs 8 au 1S2020). Elles représentent 45% des mises en vente de Nouvelle Aquitaine. Ces mises en ventes ont été réalisées en grande partie sur le territoire de la CdA de La Rochelle, notamment sur la commune de Dompierre s/ Mer qui concentre à elle seule 113 parcelles mises en commercialisation ce semestre. De même, les ventes reprennent à un rythme plus soutenu que les années précédentes sur ce territoire, avec 378 parcelles vendues (contre 170 au 1S2020). Elles sont concentrées ici aussi sur l’agglomération rochelaise (Dompierre avec 84 ventes), mais également, et surtout, sur l’agglomération de Rochefort (148 ventes). Malgré une alimentation correcte, qui permet au stock de grossir de 31% vs 1S2020 (soit 343 lots), la marché Charentais est en pénurie puisque les lots actuellement disponibles ne représentent que 5 mois environ de stock théorique. Le prix unitaire moyen grimpe de 27% par rapport à l’année dernière à 79 492€, pour une parcelle moyenne de 456m² (+5%). Quant à l’offre, le prix unitaire moyen augmente de 8% à 68 752€ pour une superficie moyenne de 476m² (-2%).